‹ Retour

Qu’est ce qu’une endoscopie « DRS » ?

Endoscopie gorge

 1-    Que signifie « DRS »?

– DRS signifie « Dynamic Respiratory Scope » soit littéralement « Endoscopie Respiratoire Dynamique », qui consiste à visualiser la gorge du cheval pendant qu’il réalise un effort, contrairement aux endoscopies classiques réalisées sur cheval immobile « au repos ».

– Ce type d’examen implique donc la mise en place d’un système composé d’un endoscope portable fixé sur le cheval émettant un signal capté par un écran portable qui retransmet l’image de l’endoscope.

– De manière générale on préconise la réalisation d’un DRS lorsque l’on suspecte une anomalie dynamique affectant la gorge du cheval, c’est-à-dire une anomalie qui survient au cours de l’effort, que l’on ne parvient donc pas à observer sur le cheval au repos.

– En pratique on réalise un DRS dans deux grands cas de figures :

2-    Dans quels cas est-il recommandé de réaliser un DRS ?

– lorsqu’un cheval fait un bruit respiratoire anormal à l’effort et que l’endoscopie au repos est normale ou douteuse. C’est le cas de figure le plus fréquent.

– lorsqu’un cheval s’arrête subitement pendant l’effort sans raison apparente.

3-    Quels sont les intérêts du DRS par rapport à une endoscopie sur tapis roulant ?

– Le principal intérêt d’un DRS par rapport à une endoscopie sur tapis roulant est de pouvoir mettre le cheval dans les conditions dans lesquelles il fait du bruit.

– En effet, des critères comme la position de la tête, l’enrênement, la position du cavalier, le type de sol, le caractère rassemblé de l’allure sont tous autant d’éléments que l’examen sur tapis ne permet pas ou peu de contrôler. Pourtant ceux-ci déterminent souvent en grande partie la survenue du problème.

– En revanche le DRS ne comprend pas la réalisation d’un « test d’effort » pendant lequel le vétérinaire réalise divers prélèvements sanguins en parallèle de l’endoscopie au cours d’un effort standardisé sur tapis roulant, pour mesurer précisément la tolérance du cheval à l’effort.

4-    Comment se déroule un DRS ?

  • Un DRS se déroule en plusieurs phases :

 La prise des commémoratifs : signalement, discipline du cheval, motif de l’examen, performances/ contre-performances, problèmes annexes (locomoteurs par exemple).

 Un examen du cheval au repos : auscultation cardiaque, examen général, endoscopie au repos.

 La mise en place du dispositif : le boîtier relié à l’endoscope est fixé sur le dos du cheval puis l’endoscope est mis en place dans le pharynx du cheval et solidarisé au filet et à l’encolure de celui-ci.

 Une phase d’échauffement du cheval suivi d’éventuels réglages d’appoint du positionnement de la caméra.

 Une phase d’ « effort » : pour les chevaux de course il s’agit de réaliser une séance de travail intense qui correspond à l’effort demandé lors d’une course car les principales anomalies dynamiques respiratoires du cheval de course surviennent lors d’effort maximal. Cette phase d’effort se fait le plus souvent en deux ou trois temps.

– Des prélèvements respiratoires au repos (lavage broncho alvéolaire)

– Examen des images au ralenti

 

5- Quelles sont les pathologies diagnostiquées à l’aide du DRS ?

  • Le déplacement dorsal du voile du palais

Cette anomalie affecte majoritairement les chevaux de course Capture d’écran 2015-03-01 à 05.50.45en fin d’effort maximal. Le cheval arrête brutalement son effort, et fait (souvent) simultanément  un bruit respiratoire anormal. A l’endoscopie on observe undéplacement anormal du bord libre du voile du palais au-dessus de l’épiglotte (alors qu’il est en dessous en temps normal). Dans cette position anormale le voile du palais obstrue l’entrée du larynx lors des mouvements respiratoires et le cheval est ainsi « asphyxié ». Le traitement du déplacement dorsal du voile du palais (en l’absence d’autre anomalie concomitante) est chirurgical : la technique du Tie-Forward.

  • Le cornage

Le cornage correspond à une paralysie partielle ou totale du cartilageCapture d’écran 2015-03-01 à 05.50.40 aryténoïde gauche qui participe à former l’entrée du larynx. Lorsqu’un bruit respiratoire est présent celui-ci est assez typique. Lorsqu’un cheval présente un grade intermédiaire de cornage au repos le DRS est une étape indispensable pour déterminer si la paralysie est identique/améliorée/aggravée par l’effort et donc si elle représente une gêne fonctionnelle pour le cheval durant l’exercice. Selon le grade de cornage, les anomalies concomitantes des cordes vocales et la gêne occasionnée le traitement chirurgical peut consister à réaliser du laser par voie transendoscopique et/ou à la mise en place d’une prothèse sur le larynx : la technique du Tie-Back. Dans les deux cas ces chirurgies sont réalisées sous simple sédation sur cheval debout au sein de notre clinique.

Cette vidéo vous montre l’obstruction active suite à l’aspiration de l’arythénoïde gauche lors de cornage pendant un test dynamique.

  • L’aspiration des replis ary-épiglottiquesCapture d’écran 2015-03-01 à 05.50.52

Les replis ary-épiglottiques sont des replis de muqueuses situés sur les côtés de l’entrée du larynx. Il arrive que ceux-ci soient hypertrophiés et « aspirés » lors des efforts respiratoires. Le traitement est l’exérèse partielle de ces replis par laser transendoscopique.

  • L’aspiration des cordes vocales       Capture d’écran 2015-03-01 à 05.55.29
  • L’entrappement de l’épiglotte         Capture d’écran 2015-03-01 à 05.55.22
  • La rétroversion de l’épiglotte          Capture d’écran 2015-03-01 à 05.55.35
  • Les saignements pulmonaires

Les hémorragies pulmonaires induites par l’exercice (« HPIE ») sont des saignements du tissu pulmonaires qui surviennent lors d’efforts plus ou moins intenses. Le DRS peut permettre d’objectiver ou de confirmer ces saignements même si l’endoscopie trachéale post-effort et le lavage broncho-alvéolaire sont deux méthodes plus sensibles et plus spécifiques que le DRS.